L’éDITO DE SOPHIE BANFORD: PAR EN AVANT

Sophie-Banford ... Eh bien, le moins qu’on puisse dire, c’est que la dernière année ne fut pas ordinaire (le mot extraordinaire ne s’applique pas vraiment ici...). Rares sans doute sont celles qui posent un regard apaisé sur les derniers mois – avec raison. Disons qu’on a été brassées, bousculées. Qu’on en ressort (même si on n’est pas sorties du bois!) étou...